samedi 11 février 2012

Baudelaire de rien...

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Ha ha !!!
Excellent les volets.

J C a dit…

- Tu t'entraînes pour passer chez Ruquier?...

Brigitte a dit…

"Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
Ô vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornement de mes nuits"

Cricri arrête un peu de nous casser les burnes !
Ôte donc tes converses et chausse tes cothurnes.
Dis bonsoir à la dame et file dans ton lit !
Les aiguilles tournent vite, il est bientôt minuit !!

"Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit: "Souviens-toi!
Les vibrantes douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible !!!"


Mais c'est qu'y s' arrête plus !! Cette fois c'est est trop !
Cricri, RIDEAU !!

Brigitte a dit…

c'en est trop ! bien sûr
Y m'a trop énervée le wouaré là !!

Christian Arnould a dit…

Ah! Ah! Ah!

Anonyme a dit…

Suite
...Il s'avance à l'attaque, et il grimpe aux "rideaux",
(pardon Mr. Baudelaire) aux assauts,
Pour fermer les volets et endormir ses plus cruels maux !

A Cricri, l'éternel incompris !... ; )

Monique

Christian Arnould a dit…

:-)

kadi a dit…

HAHA ! Très bon :D